Quest-ce que Sanctuary?

Sanctuary est une websérie crée en 2007 par Damian Kindler et Martin Wood.

Producteurs exécutifs : Marc Aubanel, Damian Kindler, N. John Smith, Amanda Tapping, Martin Wood.

Cast
Amanda Tapping ........................................................................ Docteur Helen Magnus
Robin Dunne .......................................................................... Docteur Will Zimmerman
Emilie Ullerup ..................................................................................... Ashley Magnus
Christopher Heyerdahl .................................................................. Montague John Druitt
Bigfoot ..................................................................................................... Bigfoot

Introduction saison virtuelle

Disclaimer

Tous les personnages publiquement reconnaissables, les lieux, etc sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les personnages originaux et l'intrigue sont la propriété de l'auteur. Ce travail n'est pas rémunéré. Aucun droit d'auteur n'est enfreint.

vendredi 3 octobre 2008

Episode 3, Webisode 1


Webisode 1


1. Extérieur, nuit, parking désert

Dans un parking complètement désert un bruit de moteur se fait entendre. ASHLEY est appuyée contre une des rares voitures garées. Au loin, un van apparaît. ASHLEY s’avance et s’arrête en plein milieu du chemin, bras croisé sous sa poitrine. Lorsque le véhicule arrive presque à sa hauteur, il se met à freiner violement, faisant crisser ses pneus. Le van s’arrête seulement à 5cm d’ASHLEY qui n’a pas cillé. La porte du conducteur s’ouvre et ERNIE apparaît.

ERNIE (claquant la porte)

Ta mère ne t’a jamais appris à ne pas te jeter sous les roues des gens ?

ASHLEY

Ma mère a toujours eu mieux à faire, moi aussi d’ailleurs, et puis tu as une réputation à tenir.

ERNIE

Tu marques un point, jolie blonde.

ASHLEY

Bon, je n’ai pas toute la nuit, qu’est-ce que tu as pour moi ?

ERNIE

Wow, je t’ai connue moins pressée princesse. Ne dit-on pas plus c’est long et plus c’est bon ?

ASHLEY

Épargne-moi ce genre de conneries, ça ne m’excite pas. Et puis, je ne t’ai pas fait venir pour échanger des banalités, je le fais déjà assez avec les deux chiots de ma mère. Montre-moi plutôt tes jouets.

ERNIE

C’est ton nouveau souffre-douleur, le Docteur Zimmermachinchose, qui te rend aussi nerveuse ?

ASHLEY

Ern, tu sais ce qui se passe quand j’ai l’impression de perdre mon temps.

ERNIE et ASHLEY se sourient, puis ERNIE se dirige à l’arrière du van, ASHLEY sur ses talons. Il ouvre la porte arrière.

ERNIE

Nouvel arrivage, futur carnage. Tu as besoin de quoi ?

ASHLEY

De quelque chose de puissant et de facile à manipuler.

ERNIE

Pas de problème, j’ai ce qu’il te faut.

ERNIE sort une arme et la donne à ASHLEY qui se met à la manipuler.

ERNIE

Alors ?

ASHLEY

Tu vois ça c’est le genre de chose qui a le don de m’exciter !

ERNIE

Tu as toujours eu bon goût Ash, il n’y a pas plus efficace sur le marché actuellement.

ASHLEY

Possible mais y’a quand même un hic.

ERNIE

Lequel ?

ASHLEY

Comment je fais pour courir avec le poids de ce machin ? Il me faut quelque chose de plus léger.

ASHLEY lui rend l’arme.

ERNIE

Tu me connais, j’ai toujours ce qu’il faut en magasin pour satisfaire tes moindres désirs.

ASHLEY sourit, amusée. ERNIE pose l’arme et lui en donne une autre. ASHLEY la manipule à son tour.

ERNIE

Alors ?

ASHLEY

Combien ?

ERNIE

Tu vas te ruiner, sauf si…

ASHLEY (agacée)

Sauf si quoi ?

ERNIE

Relax Ash. Je veux juste savoir qui est l’heureux élu ? Ce doit être un sacré pigeon pour que tu sois si impatiente.

ASHLEY

Jaloux ?

ERNIE

Juste curieux. Mais tu as raison sur un point, quand j’étais enfant, je n’aimais pas partager mes jouets.

ASHLEY (souriant légèrement)

Ma mère est sur les traces d’un anormal qui enlève des enfants et comme j’avais du temps libre pour la pêche au gros… Mais pourquoi ai-je la sensation que tu étais déjà au courant ?

ASHLEY et ERNIE s’observent.


Générique

2. Intérieur, nuit, laboratoire

HELEN arrive dans son labo. HENRY est assis derrière l’ordinateur, pianotant sur le clavier. HELEN arrive à sa hauteur, et regarde l’écran.

HELEN

As-tu trouvé d’où provenait le problème ?

HENRY

Un virus, plutôt costaud même. Mais pas de panique, je l’ai neutralisé et tous les dossiers endommagés ont été réparés. Y’a rien qui me résiste. Je vous ai raconté la fois où…

HELEN (le coupant)

Dans combien de temps penses-tu que mon ordinateur sera opérationnel?

HENRY

Euh… eh bien, je dois encore vérifier le processeur, reconfigurer la carte mère, installer un nouveau pare-feu…

HELEN (impatiente)

En langage clair Henry ?

HENRY

Désolé ! Dans une heure tout au plus. J’ai quasiment terminé.

HELEN

Merci.

HENRY

À votre service m’dame. (Après quelques secondes) Euh… Doc ? Je peux vous poser une question ?

HELEN

Si cela ne ralenti pas ton travail, je t’en prie.

HENRY

Ashley est vraiment allée chasser le croque mitaine ?

HELEN

C’est ce qu’elle t’a raconté ?

HENRY acquiesce, alors qu’un sourire apparaît sur le visage d’HELEN.

HELEN

Je pensais qu’avec le temps, tu avais appris à te méfier de ses dires.

HENRY

Avec tout ce qui traîne dans le coin, j’ai besoin de faire confiance aux seules personnes à peu près (mimant avec ses doigts des guillemets) « normales ».

HELEN

Je comprends.

HENRY

Mais si c’est pas le croque mitaine, alors c’est quoi ?

HELEN

Pour l’instant, je n’ai pas suffisamment d’éléments pour répondre à cette question. Ce que je sais, en revanche, c’est que cet anormal est humain à la base. Mais il est irrémédiablement lié au mythe du zombie de par sa spécificité. Pour être plus précise, il s’agit d’un pestiféré nécrosé à tous les niveaux biologiques.

HENRY

Nécrosé ?

HELEN

Nécrose, du grec nékros qui signifie mort. C’est une destruction totale et irréversible des cellules ou des tissus. As-tu entendu parler de la vague de peste qui a déferlé sur l’Europe au XIXème siècle ?

HENRY (avec un sourire)

Euh, vaguement…

HELEN

Eh bien au cours des années suivantes, la bactérie qui est à l’origine de cette pandémie a été étudiée en laboratoire. Les manipulations génétiques qui ont été effectuées par quelques scientifiques peu recommandables ont rendu le virus plus dangereux et plus résistant que sa souche.

HENRY

Les dangers de l’arrogance.

HELEN

Si l’on peut dire. À l’époque, les précautions étaient minimes et les scientifiques ont tous été contaminés au cours de l’expérience. Si certains ont pu être isolés à temps, d’autres ont réussi à se soustraire à la quarantaine et se sont échappés.

HENRY

Alors ce gars serait l’un d’entre eux ?

HELEN

J’en ai bien peur.

HENRY

Mais si ce type a la peste, il n’est pas contagieux ?

HELEN

Fort heureusement, le virus n’est pas volatile, son mode de transmission est uniquement cutané. Il s’agit d’une forme rare de peste, seule une douzaine de cas a été recensée dans le monde depuis sa découverte. Le seul inconvénient majeur c’est que cette nouvelle bactérie fait subir au corps de son hôte d’importantes mutations.

HENRY

De quel genre ?

HELEN

Mutations physiques, physiologiques voire génétiques… Cette maladie bouleverse l’équilibre de fonctionnement de l’organisme et modifie le code génétique de l’individu dans sa globalité. En d’autres termes, l’hôte n’a plus rien d’humain une fois la transformation achevée.

HENRY

Charmant. J’espère que vous savez comment stopper ce virus.

HELEN (souriant)

C’est précisément pour cela que je dois pouvoir disposer de mon ordinateur. (Elle marque une pause) Aujourd’hui Henry!

HENRY (se re-concentrant)

J’me dépêche doc, promis.

HELEN l’observe en souriant, avant de sortir de la pièce.

3. Intérieur, nuit, bibliothèque

WILL est assis dans la bibliothèque. Plusieurs livres de médecine sont ouverts devant lui. LIZ apporte un nouveau livre et le pose sur la table.

LIZ (s’asseyant à la table)

Voilà, c’est le dernier bouquin portant sur la peste.

WILL (souriant)

Merci beaucoup.

LIZ (souriant)

Mais à ton service. Je connais cette bibliothèque par cœur. Si tu as besoin de quoi que se soit, demande-le moi.

WILL acquiesce. LIZ attrape un livre sur les techniques de combat de gladiateurs et se met à le lire. WILL relève la tête, surpris.

WILL

Tu ne m’aides pas ?

LIZ (grimaçant)

En fait la médecine et moi n’avons jamais été très bonnes amies. Une chance que mon corps guérisse tout seul.

WILL

Comment est-ce possible ?

LIZ

Oh, Helen a bien tenté de me l’expliquer mais je crois que ma faculté de compréhension s’arrête aux techniques de combats.

WILL (souriant)

Une guerrière… j’aurais dû m’en douter. Ashley a déteint sur toi ou le contraire peut-être? (Après quelques instants) En tous cas, vous paraissez très proches.

LIZ

Ash est comme une sœur pour moi. (Elle prend une grande inspiration) Il y a 20 ans, Helen m’a recueillit. Ma famille entière venait de périr dans un incendie.

WILL

Il y a 20 ans ? Tu n’étais encore qu’un bébé…

LIZ

En fait pas vraiment. Je vieillis deux fois moins vite que la normale, j’ai donc l’air plus jeune que je ne le suis en réalité. C’est une autre spécificité de mes pouvoirs.

WILL (secouant la tête en roulant des yeux)

Pourquoi je ne suis pas surpris ?

LIZ (en riant)

Tu dois commencer à t’habituer. À l’époque, Helen était enceinte d’Ashley, j’ai donc grandit avec sa fille. Nous sommes très différentes mais je crois pouvoir dire que nous sommes complémentaires. (souriant). Je dois vraiment beaucoup à Helen, c’est pour cela que je l’aide autant que je peux.

WILL

Je comprends. Alors le renseignement sur l’anormal vient de toi ?

LIZ

Un ami scientifique a eu la chance d’autopsier une de ces créatures. Il m’a dit combien elles étaient importantes pour la recherche médicale. J’ai immédiatement pensé qu’Helen serait intéressée par l’information.

WILL (après quelques secondes)

Ashley ne craint rien n’est ce pas ?

LIZ (souriant légèrement)

Ne t’inquiète pas. Si elle a bien retenu la technique que je lui ai enseignée dernièrement, la capture de cet anormal ne devrait poser aucun problème.

LIZ et WILL se sourient puis LIZ reprend sa lecture. WILL l’observe. Ils semblent tous deux préoccupés.

4. Extérieur, nuit, ruelle déserte

ASHLEY marche dans une rue déserte encombrée de détritus. Les bâtiments autour sont éventrés ou en ruine et semblent abandonnés. Soudain, dans le silence de la nuit, un cri résonne. ASHLEY part en courant en direction de sa source. Elle découvre dans une rue perpendiculaire une sorte de mutant tenant sur son épaule une adolescente en train de se débattre.

ASHLEY

Hep, toi là-bas !

L’anormal s’arrête et se retourne. ASHLEY s’avance tranquillement vers lui.

ASHLEY

Wow, tu devrais peaufiner ton maquillage si tu veux ressembler au Prince Charmant. Aller mon mignon, sois gentil, laisse Cendrillon rentrer chez elle.

Le mutant dépose l’adolescente sur le sol. Celle-ci se relève et prend ses jambes à son cou. L’anormal attaque alors ASHLEY. Ils se battent et le mutant finit par blesser ASHLEY en la griffant au ventre. Grimaçant, elle sort alors sa dernière arme, celle achetée à ERNIE plus tôt, et tire. Elle ne fait que blesser son adversaire qui prend la fuite.

5. Intérieur, nuit, bibliothèque

HELEN arrive dans la bibliothèque. WILL travaille toujours sur ses livres de médecine. Il ferme celui qu’il tient et le pose sur la table alors qu’HELEN s’installe près de lui.

WILL

Liz est partie à votre recherche, il y a quelques minutes.

HELEN

Oui je sais, je l’ai croisée dans le couloir. Elle voulait me saluer avant son départ. Elle avait un rendez-vous important avec l’un de ses fournisseurs.

WILL (surpris)

À cette heure?

HELEN

La nuit est une alliée de choix lorsque l’on souhaite rester discret. Vous devriez désormais le savoir.

WILL

Oui mais tout de même, il est tard.

HELEN (souriant)

Ne vous tourmentez pas pour Liz, parlez moi plutôt de vos recherches.

WILL

Eh bien, il y a tellement d’ouvrages sur la peste que j’avoue avoir beaucoup de mal à m’y retrouver.

HELEN

Que recherchez-vous précisément ?

WILL

J’essaie de comprendre comment une telle maladie peut autant évoluer.

HELEN (se levant)

Cette forme de peste est le résultat d’une manipulation génétique, docteur Zimmerman. Vous n’obtiendrez rien de tangible dans cette bibliothèque. Je vais mettre ma base de données personnelle à votre disposition… dès que celle-ci sera opérationnelle.

WILL

Merci beaucoup. (Après quelques instants) Euh… Magnus ?

HELEN

Oui ?

WILL

Navré si la question est trop personnelle mais lorsque vous étiez enceinte d’Ashley, comment avez-vous fait pour continuer d’assurer votre mission ?

HELEN

Chaque femme est capable de mener plusieurs choses de front, même si, en ce qui me concerne, la situation était très exceptionnelle.

WILL

Durant votre grossesse, avez-vous affronté des dangers identiques à ceux auxquels nous avons été confrontés ?

HELEN (souriant)

Vous seriez surpris si je devais vous les énumérer.

WILL

Mais comment…

HELEN (le coupant)

Docteur Zimmerman, nous devons résoudre la crise qui nous occupe actuellement au plus vite. Henry aura bientôt achevé son travail, je vais lui demander de vous prévenir dès que ce sera chose faite.

WILL

Merci.

WILL observe HELEN qui sort de la pièce.

6. Extérieur, nuit, rue

ASHLEY court, essayant de suivre la créature, mais sa blessure la ralentie. L’une de ses mains est posée sur son abdomen et elle saigne modérément. Épuisée, ayant perdu la trace de l’anormal, elle finit par s’arrêter. Elle prend appui sur le mur pour souffler et grimace.

ASHLEY

Merde !

Des sanglots se font entendre. ASHLEY pointe son arme dans la direction d’où ils proviennent. Elle se remet à marcher pour trouver l’origine et se dirige vers un bâtiment éventré qui ressemble à un entrepôt. Elle y entre.

7. Intérieur, nuit, bâtiment

ASHLEY descend des escaliers métalliques. Elle arrive dans une cave et découvre une petite fille ligotée et bâillonnée. La pièce est remplie d’œufs comme une sorte de nid. Tout en se tenant toujours l’abdomen d’une main, ASHLEY se précipite vers la fillette tout en restant sur ses gardes. Elle range son arme à feu et sort un couteau puis s’agenouille à la hauteur de l’enfant en grimaçant. Elle coupe les liens et enlève le bâillon

ASHLEY

Ça va ?

Pour toute réponse, la petite se jette contre elle. Elle se met à l’étreindre tout en pleurant, alors qu’ASHLEY, gênée, ne sait comment réagir.

ASHLEY

Je vais prendre ça pour un oui.

ASHLEY grimace et repousse doucement la petite fille.

ASHLEY

Écoute, voilà ce qu’on va faire, tu vas me dire où tu habites et je vais te ramener chez toi, d’accord ?

La petite s’effondre inconsciente. ASHLEY la rattrape juste à temps.

ASHLEY

Ok, c’est pas tout à fait le genre de réponse que j’attendais.

ASHLEY tente de la réveiller, mais quelque chose attire son attention. Elle pose sa main sur le front de l’enfant qui semble fiévreuse. ASHLEY aperçoit également la griffure sur son bras.

ASHLEY

Et merde !

ASHLEY sort son portable et compose un numéro.

ASHLEY

C’est moi. Tu aimes les surprises d’environ 1 mètre 20 ?

8. Intérieur, nuit, bureau d’Helen

HELEN est assise à son bureau. Elle rédige quelques notes. BIGFOOT arrive.

BIGFOOT

Vous m’avez demandé docteur ?

HELEN

Ashley vient de me prévenir que nous allions accueillir une petite invitée.

BIGFOOT

Dois-je préparer une chambre ?

HELEN

Oui, la chambre d’isolation, je crains que la demoiselle ne soit malade.

BIGFOOT

Malade ?

HELEN

Nous ne devons pas courir le moindre risque.

BIGFOOT

Bien docteur.

HELEN

Merci.

BIGFOOT est sur le point de quitter la pièce mais il s’immobilise et se retourne.

BIGFOOT

Vous croyez que…

HELEN

J’espère que non.

BIGFOOT quitte définitivement la pièce. HELEN regarde la porte avec un air plutôt inquiet.

Aucun commentaire: