Quest-ce que Sanctuary?

Sanctuary est une websérie crée en 2007 par Damian Kindler et Martin Wood.

Producteurs exécutifs : Marc Aubanel, Damian Kindler, N. John Smith, Amanda Tapping, Martin Wood.

Cast
Amanda Tapping ........................................................................ Docteur Helen Magnus
Robin Dunne .......................................................................... Docteur Will Zimmerman
Emilie Ullerup ..................................................................................... Ashley Magnus
Christopher Heyerdahl .................................................................. Montague John Druitt
Bigfoot ..................................................................................................... Bigfoot

Introduction saison virtuelle

Disclaimer

Tous les personnages publiquement reconnaissables, les lieux, etc sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les personnages originaux et l'intrigue sont la propriété de l'auteur. Ce travail n'est pas rémunéré. Aucun droit d'auteur n'est enfreint.

vendredi 19 septembre 2008

Episode 2, Webisode 3

Webisode 3



1. Intérieur, nuit, bureau d’Helen, jour 6

HELEN est assise à son bureau. Elle porte son châle et est en train d’écrire. WILL entre et lui donne un morceau de chocolat qu’HELEN s’empresse de manger.

WILL

Je vois que vous avez décidé d’ignorer mes recommandations.

HELEN

Je suis médecin depuis de nombreuses années, docteur Zimmerman.

WILL

J’ai pensé que peut-être vous étiez en manque de cacao.

HELEN avale sa bouchée et lui sourit.

HELEN

Merci. Apparemment, vous avez également décidé de braver Morphée.

WILL

Oui, je n’arrivais pas à dormir.

HELEN

Vos recherches sont toujours infructueuses ?

WILL

J’en ai bien peur.

WILL vient s’assoir en face d’HELEN. Elle le regarde, intriguée.

HELEN

Qu’y a-t-il ?

WILL

Je crois qu’Ashley a raison. Cette amazone semble très déterminée et vous détenez quelque chose qui lui appartient...

HELEN

Quelqu’un, Docteur. Inutile de vous tourmenter, la sécurité de cette maison n’est en rien compromise.

WILL

Si vous le dites. Comment vous sentez-vous ?

HELEN

Bien mieux merci.

WILL

C’est curieux, je suis pourtant sûr du contraire.

HELEN

Vous avez tort. Je suis juste un peu anémiée, il n’y a rien d’alarmant.

WILL

Vous m’avez l’air davantage préoccupée qu’affaiblie…

Le sourire d’HELEN disparaît.

HELEN

Docteur Zimmerman, qu’est ce qui vous fait croire que j’aie personnellement besoin de vos services ? Croyez moi mes hormones sont peut-être en ébullition mais mon état ne me conduira pas plus à la folie que la première fois !

WILL

Vos hormones ? En ébullition ? Pourriez-vous être encore moins claire ?

HELEN

Très bien, de toute façon vous vous en seriez rendu compte un jour ou l’autre. Je ne sais par quel miracle c’est arrivé, mais… j’attends un enfant.

WILL est sidéré.

WILL

Vous quoi !?

HELEN

Oui, j’avoue que ma réaction était sensiblement la même hier. Le diagnostique est absolument formel. Tenez, voyez vous-même.

HELEN lui tend une feuille de papier.

WILL

J’ignorais que…

HELEN

Oh, ne vous méprenez pas, cette grossesse n’est ni normale, ni souhaitée. Jusqu’à preuve du contraire, il faut être deux pour concevoir un enfant, et bien que cela ne vous regarde en rien, je puis vous assurer que ma vie intime n’est plus une de mes priorités.

WILL

Alors comment est-ce possible ?

HELEN

Je comptais justement sur notre invité pour le découvrir.

HELEN fixe son cahier de notes en jouant distraitement avec sa plume. WILL réfléchit.

HELEN

Il y a encore autre chose que vous devez savoir.

WILL

Pourquoi ai-je peur de ce que vous allez me dire ?

HELEN se lève. Son ventre est très rond. WILL la regarde interloqué

HELEN

D’après mon état et les dernières analyses, je viens d’entrer dans mon sixième mois de grossesse.

HELEN et WILL se regardent. WILL a l’air horrifié et HELEN totalement désemparée.


Générique


2. Intérieur, nuit, chambre d’Ashley

ASHLEY est couchée dans son lit. Elle dort, mais son sommeil semble agité. JOHN apparaît lentement dans un coin.

JOHN

My daughter… my flesh and blood…

JOHN promène une lame sur la joue d’ASHLEY.

JOHN

Je pourrais te tuer maintenant, si je le souhaitais.

Il arrête sa lame contre la gorge d’ASHLEY qui semble effrayée. JOHN se penche à son oreille.

JOHN

You are mine… for eternity

Il lui tranche la gorge. ASHLEY se réveille en se relevant brutalement. Immédiatement, elle inspire bruyamment, en portant sa main à son cou. Elle regarde sa chambre, en haletant.


3. Intérieur, nuit, salle à manger

HELEN lit un livre en mangeant des cornichons avec de la crème glacée. ASHLEY arrive dans la pièce, elle semble en colère. HELEN ne la voit pas arriver, concentrée sur sa lecture. ASHLEY pose son regard sur le ventre de sa mère.

ASHLEY

Alors c’est vrai ?

HELEN sursaute et porte la main à son cœur.

HELEN

Ashley ! Tu m’as surprise, je ne t’ai pas entendu entrer.

ASHLEY s’approche.

ASHLEY

Tu n’as pas pu t’empêcher de recommencer.

HELEN est perdue.

HELEN

De quoi parles-tu ?

ASHLEY

De ta grossesse. Je ne sais pas ce qui m’énerve le plus : de savoir que tu es enceinte ou d’avoir appris la bonne nouvelle de la bouche du nouveau.

HELEN

Ce n’est pas ce que tu crois Ashley !

ASHLEY

Ah non ? Alors qu’est ce que c’est ?

HELEN

Justement, je n’en sais rien.

ASHLEY montre le ventre de sa mère de la tête.

ASHLEY

Bien sûr… Simple curiosité, tu comptes également lui cacher l’identité de son père ?

HELEN

Ashley…

ASHLEY

Oh mais attends, pourquoi je demande, nous savons toutes les deux que vérité ne fait désormais plus partie de ton vocabulaire.

HELEN

Mesure tes paroles, jeune fille. Je suis encore ta mère.

ASHLEY

Ce qui veut dire ? Que ta condition légitime tes mensonges et tes trahisons ?

HELEN

Tu es en train de dépasser les limites !

ASHLEY

Et alors qu’est ce que je risque ? D’être privée de sortie ?

HELEN

Ne me défie pas !

ASHLEY

Tu ne peux pas t’en empêcher n’est ce pas. Il faut que tout le monde sache de quoi est capable la Grande Helen Magnus, celle qui s’autorise toutes les fantaisies, celle qui brave tous les interdits du moment que cela sert ses intérêts. Dis moi, ce bébé, c’est encore un geste calculé, exactement comme ce fut le cas pour moi ? Quel nouveau profit personnel obtiendras-tu en le mettant au monde ?

HELEN baisse la tête et serre les dents de rage. Une larme coule sur sa joue.

ASHLEY

Tu m’as mise au monde, seulement parce que tu savais que je te serais utile. Et pour être sûre de m’avoir sous ta coupe, tu m’as menti toute ma vie. Tu es même allée jusqu’à me cacher l’identité de mon père. Était-ce un jeu pour toi ? Et voilà que tu recommences. Cet enfant aussi tu prévois de l’utiliser comme l’une des pièces de ton échiquier personnel ? J’espère sincèrement qu’il aura plus de chance que moi et que sa mère ne le verra pas uniquement comme l’instrument de sa propre survie. Tu ne m’as jamais considérée comme ta fille, alors ne fais pas la même erreur avec ton prochain jouet !

HELEN relève la tête, les larmes coulent sur ses joues. Elle a un regard mauvais. Elle se lève, se mettant à la hauteur d’ASHLEY.

HELEN

Comment oses-tu ! Tu es en vie parce que je t’ai désirée, tu n’as pas la moindre idée du manque que tu as représenté. J’ai toujours eu besoin de toi, mais pas au sens ou tu l’entends. Si j’ai agis comme je l’ai fait c’était pour te protéger, de ton père et de toi-même. J’ai pensé qu’en me taisant sur mon passé, ta vie serait plus simple et qu’elle serait épargnée de souffrances inutiles. J’ai eu tort, car, visiblement, j’ai échoué. Mais tu es ma fille Ashley, que ça te plaise ou non. Je veux que tu saches que si j’ai donné mon âme à cet endroit, c’était pour qu’il soit notre refuge à tout jamais. Je ne mérite ni ta colère ni ton jugement car même si j’ai parfois manqué de discernement, j’ai toujours tout fait par amour pour toi. Je ne suis loin d’être parfaite Ashley, il serait grand temps que tu t’en aperçoives.

ASHLEY

Je t’en prie, dis-moi quelque chose que je ne sais pas déjà.

ASHLEY baisse son regard haineux sur le ventre de sa mère.

ASHLEY

Enfin de compte, tu ne vaux pas mieux que toutes les putains que mon père a massacrées.

HELEN gifle alors ASHLEY. Celle-ci pose sa main sur sa joue, lance un regard de haine à sa mère, avant de sortir de la pièce. HELEN reste debout, les yeux embrumés, totalement perdue.


4. Intérieur, nuit, laboratoire, jour 7

HELEN est face à la cellule du reproducteur. Celui-ci dort. WILL arrive près d’elle et HELEN essuie discrètement ses larmes. WILL ne remarque pas son trouble.

HELEN

Comment va notre invité ?

WILL

Il semble être redevenu lui-même. Il s’appelle Patrick et vit dans le sud de l’Angleterre. Il a grandit dans un orphelinat, après que sa mère l’est abandonné devant la porte. J’ai tenté d’en savoir plus, malheureusement il ne se souvient de rien.

HELEN

Que lui avez-vous raconté ?

WILL

Je lui ai dit que nous l’avions trouvé inconscient dans une rue, que vous étiez médecin et que vous aviez souhaité le ramener chez vous afin l’examiner. Quant aux chaînes, je lui ai expliqué que c’était pour notre propre sécurité, que son état de confusion le rendait particulièrement agressif et violent. Je doute qu’il m’est crû sur ce point.

HELEN sourit légèrement mais semble préoccupée.

HELEN

Je lui ferais passer de nouveaux tests demain. Et si tout va bien, nous pourrons envisager de le laisser partir.

WILL

Vous voulez le lâcher dans la nature ? Mais que fait-on pour l’amazone ?

HELEN

Je pense qu’elle ne représentera plus aucune menace si nous libérons son partenaire.

WILL

Oui, ça semble plausible. Magnus ? Est-ce que tout va bien ? Vous semblez troublée.

HELEN

Je vais bien, cessez de me poser cette question à tout moment.

WILL

Sincèrement, vous devriez aller vous reposer. Dans votre état vous devez vous ménager.

HELEN

Etre enceinte ne m’a jamais empêché de m’occuper de mes patients, docteur Zimmerman. Si vous voulez bien m’excuser, du travail m’attend.

HELEN sort.


5. Intérieur, nuit, laboratoire d’Helen, jour 8

HELEN travaille sur son ordinateur. BIGFOOT arrive alors, un livre ouvert en main. Il le donne à HELEN, qui le remercie d’un signe de tête. Rapidement, elle parcourt la page des yeux et semble soudain s’agiter.

BIGFOOT

Qu’avez-vous trouvé docteur ?

HELEN prend un autre livre de sur sa table de travail.

HELEN

L’explication de mon état. Si j’en crois ce livre, les procréateurs se reproduiraient par un échange de sang avec une amazone.

BIGFOOT

Vous n’êtes pas une amazone, Docteur.

HELEN

C’est vrai, mais je reste une femme. D’après l’auteur, toute femme peut devenir amazone. Si son mode de vie s’y prête, cela ne dépend ensuite que de son choix personnel et de l’observation très stricte d’un rite initiatique particulièrement complexe. Le premier reproducteur serait né des suites d’un empoisonnement et d’une hypnose qu’une prêtresse amazone aurait infligée à une de ses sœurs sur le point d’accoucher. L’hypnose peut donc expliquer l’amnésie temporaire de notre ami.

BIGFOOT

Oui mais comment un simple échange sanguin peut-il provoquer une grossesse ?

HELEN

Il est dit ici « au moment du rituel de reproduction, la physiologie du procréateur change. Son corps se met à sécréter des substances riches en protéines de toutes sortes. Ces substances se retrouvent dans le sang du procréateur, pénètrent immédiatement dans l’organisme de la partenaire après l’échange sanguin et déclenche presque instantanément la division cellulaire qui s’inscrit dans un cycle de développement fœtal. ». Malheureusement l’auteur n’a jamais pu expliquer ce que sont ces protéines et comment se produit concrètement ce phénomène. L’auteur précise que la grossesse est plus rapide afin d’éviter à la guerrière de perdre ses aptitudes au combat. (pause) Et notre invité s’est blessé avant de m’attaquer, c’est de cette façon que son sang a été mis en contact avec le mien.

BIGFOOT

Ce qui signifie ?

HELEN

Que d’ici demain soir, le sanctuaire comptera un nouveau résident.

BIGFOOT et HELEN se regardent.


6. Intérieur, nuit, salon

HELEN est assise dans un fauteuil, face à la cheminée, sirotant une tasse de thé. Son ventre est normal. Une femme arrive et s’installe dans le fauteuil d’à côté.

FEMME

Helen.

HELEN

Lindsay.

LINDSAY

Barney m’a appris que tu avais décidé de te réimplanter l’embryon.

HELEN

Oui, il est temps.

LINDSAY

On ne devient pas mère parce qu’il est temps, Helen. Mettre un enfant au monde est une des décisions les plus importantes pour une personne. As-tu pensé aux conséquences de ton acte, aux sacrifices que tu vas devoir faire ?

HELEN

J’y ai longuement réfléchit. J’ai besoin de cet enfant et John n’est plus depuis bien longtemps. La maison est calme depuis quelque temps, c’est le moment idéal pour mener ma grossesse à terme en toute quiétude.

LINDSAY

Tu sais que je serais toujours là pour toi, mais ce que j’aimerai savoir c’est ce que tu ressens face au fait d’avoir un bébé, ton bébé. Cette fois, il ne s’agit plus de prendre soin d’un anormal mais bien d’un être issu de ta propre chair et de ton propre sang. Si tu décides d’aller jusqu’au bout, tu ne pourras plus faire marche arrière.

HELEN

Cela fait cent ans que j’attends de pouvoir sentir ce petit être grandir en moi. Jusqu’à aujourd’hui, je n’étais pas prête à élever un enfant dans ce monde. Mais, hier, lorsque j’ai aidé cette femme à enfanter, j’ai prit conscience de ce qu’il me manquait vraiment. J’ai besoin de ce bébé, j’ai besoin de l’aimer dans le présent, je suis seule depuis bien trop longtemps.

Un sourire éclaire le visage de LINDSAY

Lindsay

Et moi je compte pour des prunes ?

HELEN

Tu es la meilleure amie que je puisse avoir mais j’ai besoin de cet enfant.

LINDSAY

Alors n’en parlons plus. Il vaut mieux pour lui qu’il n’hérite pas de ton mauvais caractère.

HELEN sourit à son tour.

HELEN

M’aideras-tu ?

LINDSAY

Seulement si tu n’as pas peur que je transforme ton enfant en moulin à parole.

Les deux femmes rient avant de se tourner vers le feu.

LINDSAY

J’ai toujours su que je ferais une super tatie !


7. Intérieur, nuit, salle de sport

ASHLEY est en train de frapper un sac de sable. BIGFOOT l’observe du seuil de la porte. ASHLEY lui fait dos.

ASHLEY

Ta maman ne t’a jamais dit que c’était mal d’espionner les gens ?

BIGFOOT entre dans la pièce.

BIGFOOT

Je ne voulais pas te déranger.

ASHLEY

Trop tard. Qu’est ce que tu veux ?

Elle s’arrête et va chercher sa serviette avec laquelle elle s’essuie.

BIGFOOT

Parler avec toi.

AHSLEY

Parler ? À propos de quoi ?

BIGFOOT

Le docteur et toi. J’ai entendu votre dispute

ASHLEY

Oh je suis navrée. Le bruit t’a dérangé ? Je m’en voudrais terriblement d’avoir troublé la préparation du thé.

BIGFOOT

Ce n’est pas ça.

ASHLEY

Alors quoi ? C’est ma mère qui t’envoie ? Je n’ai pas besoin d’un animal de compagnie

BIGFOOT

Le docteur ne sait pas que je suis là. Pourquoi es-tu si en colère ?

ASHLEY

Parce que tu pompes mon oxygène. Tu connais la sortie…

BIFGOOT

Je ne partirai pas avant de te dire ce que j’ai à te dire.

ASHLEY

Si ça peut soulager ta conscience, mais sois bref, ma patience est au bord du gouffre.

BIGFOOT

Le docteur a besoin de toi.

ASHLEY ouvre la bouche, BIGFOOT grogne agressivement pour la faire taire.

BIGFOOT

Sa grossesse est anormale. Je sais que tu le sais. Si tu acceptais de l’écouter, tu saurais pourquoi. Toi, tu la traites comme un animal. Tu n’as pas le droit. Beaucoup de sacrifices, elle a fait pour toi, quelques erreurs aussi, c’est vrai. Mais elle est humaine, tout comme toi. Ses décisions sont dures mais justes. Si tu n’aides pas le docteur, qui le fera ?

ASHLEY a les bras croisés sur sa poitrine.

ASHLEY

Ça y est tu as fini ?

BIGFOOT

C’est ta mère. Ne l’oublie pas.

BIGFOOT sort, laissant une ASHLEY perdue dans ses pensées.


8. Intérieur, nuit, couloir

ASHLEY marche, toujours perdue dans ses pensées, la serviette autour du cou. L’AMAZONE saute derrière elle et attaque. ASHLEY riposte. Au bout d’un moment, l’AMAZONE plaque ASHLEY contre le mur et commence à l’étouffer.

1 commentaire:

sarah a dit…

hey hey ca ce corse!! good job