Quest-ce que Sanctuary?

Sanctuary est une websérie crée en 2007 par Damian Kindler et Martin Wood.

Producteurs exécutifs : Marc Aubanel, Damian Kindler, N. John Smith, Amanda Tapping, Martin Wood.

Cast
Amanda Tapping ........................................................................ Docteur Helen Magnus
Robin Dunne .......................................................................... Docteur Will Zimmerman
Emilie Ullerup ..................................................................................... Ashley Magnus
Christopher Heyerdahl .................................................................. Montague John Druitt
Bigfoot ..................................................................................................... Bigfoot

Introduction saison virtuelle

Disclaimer

Tous les personnages publiquement reconnaissables, les lieux, etc sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les personnages originaux et l'intrigue sont la propriété de l'auteur. Ce travail n'est pas rémunéré. Aucun droit d'auteur n'est enfreint.

vendredi 8 août 2008

Episode 1, Webisode 1


Webisode 1


1. Intérieur, jour, un bureau du 19e siècle

Une femme face à un bureau lit à voix haute Les Métamorphoses d’Ovide.

PROFESSEUR

Mais quand la nouvelle épouse de Jason eut été consumée par les poisons de la Colchide et que les deux mers eurent vu la demeure du roi dévorée par les flammes, alors Médée teint son glaive impie du sang de ses enfants et, après s’être vengée, cette mère abominable se dérobe aux armes de Jason.

De son siège, la JEUNE HELEN regarde un oiseau à travers la fenêtre.

PROFESSEUR (voix off)

Emportée par ses dragons, présents du Titan, elle pénètre dans la citadelle de Pallas, qui vous a vu, Phéné, modèle de justice, et toi vieux Périphas, prendre ensemble votre vol et qui a vu aussi la petite-fille de Polypémon planer sur des ailes nouvelles.

Soudain l’oiseau vient se cogner contre la vitre et tombe sur le rebord. HELEN se lève, ouvre la fenêtre, attrape l’oiseau et sort en courant de la pièce, sous les appels de sa professeur.

PROFESSEUR

Miss Magnus ? Miss Magnus !!

2. Intérieur, jour, cabinet médical

GREGORY se trouve derrière sa fille, observant attentivement ses gestes, pendant qu’elle est en train de panser l’aile de l’oiseau.

GREGORY

C’est très bien Helen. Il faut simplement serrer davantage. Pour que sa fracture consolide correctement, il ne doit pas pouvoir bouger son aile.

La JEUNE HELEN s’exécute.

JEUNE HELEN

Comme ceci père ?

GREGORY

Oui tu te débrouilles très bien, mais veille à ne pas non plus lui faire de mal. Bien maintenant fait un nœud.

La JEUNE HELEN suit à la lettre les instructions de son père. Puis elle se retourne vers lui, fière d’elle-même.

GREGORY

Il ne te reste plus qu’à prendre soin de lui, durant les semaines à venir.

JEUNE HELEN

Père, croyez-vous qu’un jour je puisse devenir un aussi bon médecin que vous ?

GREGORY sourit.

GREGORY

Si tu t’en donne les moyens, je sais que tu peux y arriver. Mais pour cela jeune fille, il faut beaucoup étudier. Retourne donc à ta leçon, je vais m’occuper de notre patient.

JEUNE HELEN

Bien père.

La JEUNE HELEN sort du bureau de son père, en courant.

Générique

3. Extérieur, nuit, ruelle déserte

ASHLEY marche sur ses gardes, une arme à la main. Un bruit de bagarre attire son attention. Elle s’avance en direction du combat. Au coin de la rue, elle découvre un homme en train de se battre contre une créature. L’homme semble en mauvaise posture. ASHLEY se jette dans la bagarre et se met à protéger l’homme.

4. Intérieur, nuit, bureau d’HELEN

La pièce est éclairée par le feu dans la cheminée, WILL et HELEN en train de discuter autour d’une tasse de thé.

WILL

En cent cinquante-sept ans, vous ne vous êtes jamais sentie seule ?

HELEN

Cela m’est arrivé, parfois. Pourtant, je dois vous avouer que la solitude a toujours été ma plus fidèle compagne. Sa constance n’a d’égal que l’amertume qu’elle engendre. Mais ne vous m’éprenez pas docteur, j’ai toujours su m’entourer, au moment opportun.

WILL

Oui j’ai pu le remarquer, mais être entouré ne signifie pas forcément que l’on se sente moins seul.

HELEN fait un sourire gêné.

WILL

Vous n’avez jamais eu envie de tout quitter ?

HELEN

J’ai fait le tour du monde, docteur Zimmerman, à maintes reprises. J’ai ramené des souvenirs inestimables de chaque voyage. Mais pour être honnête, j’ai effectivement parfois eu envie de tout quitter. Oh, ce n’était là que de furtives pensées. Je me rappelais alors que dehors il y a des êtres abandonnés à leur triste sort qui avaient besoin de moi.

WILL

Je suppose que durant vos voyages, vous avez été le témoin de choses extraordinaires. Je veux parler de choses bizarres, effrayantes… vous savez, le genre où il faut se pincer pour y croire.

HELEN

Pour cela, vous n’avez pas besoin de sortir de ces murs.

WILL

À qui le dites-vous! Vous m’avez confié que pour vous, votre longévité était une malédiction, pourtant je dois avouer que je n’arrive pas à la voir ainsi.

HELEN est légèrement piquée au vif.

HELEN

Vous n’avez pas traversé tout ce que j’ai vécu. D’un point de vue extérieur, je peux comprendre que ma longévité puisse ressembler à un cadeau. S’il est vrai que mon état a présenté, et présente encore, des avantages non négligeables pour la mission qui m’incombe, chaque médaille a son revers. Ma longévité n’est pas une exception docteur.

WILL

Je comprends. Mais vous n’avez jamais songé à passer le flambeau ? Vous pourriez vous décharger de la responsabilité qui semble vous peser tout en restant dans l’ombre pour offrir votre aide et votre expérience.

HELEN

Cela ne marche pas ainsi. Une fois que vous avez choisit de prendre ce poste, vous ne pouvez plus vous affranchir de vos responsabilités.

Le téléphone portable d’HELEN se met à sonner. HELEN répond.

ASHLEY (au téléphone)

J’ai besoin de ton majordome immédiatement.

5. Extérieur, nuit, ruelle déserte

La ruelle est sombre, ASHLEY tourne un coin et retourne vers le corps de l’homme. La voiture arrive et s’arrête juste à côté d’elle. Les portes arrière s’ouvrent et HELEN et WILL en sortent. BIGFOOT sort par la porte du conducteur. HELEN vient à la rencontre de sa fille.

HELEN

Que s’est-il passé ?

ASHLEY

Je croyais avoir demandé un chauffeur, pas une sortie scolaire.

HELEN

Ashley !

ASHLEY soupire.

ASHLEY

J’ai vu ce type batailler contre la créature là-bas je me suis dit qu’un coup de main serait apprécié.

WILL est penché au-dessus de l’homme.

WILL

Son pouls est faible, mais il est encore vivant.

ASHLEY

Il a intérêt! J’ai horreur de me battre pour rien.

HELEN

Mettons-le dans la voiture.

BIGFOOT

Je m’occupe de la créature.

HELEN

Merci.

WILL et HELEN mettent l’homme dans la voiture. BIGFOOT prend la créature et la dans le coffre.

HELEN

Rentrons.

ASHLEY

J’ai encore des quartiers à visiter.

HELEN

Ils peuvent attendre, tes blessures non.

ASHLEY défie sa mère du regard. HELEN lui tient tête. ASHLEY finit par lâcher un soupir et se dirige vers sa moto. Derrière HELEN un éclair rouge apparaît. HELEN se retourne mais ne voit rien. Elle rentre dans la voiture.

6. Intérieur, nuit, infirmerie

HELEN est penchée au-dessus de l’homme, soignant ses blessures. Elle relève les yeux sur WILL qui est debout derrière ASHLEY assise sur un des lits. Il est en train de lui désinfecter une plaie peu profonde.

WILL

J’espère ne pas te faire mal.

ASHLEY

Tu peux même y aller plus fort si tu le souhaites.

HELEN

Ashley!

ASHLEY

Tu vois, le problème de ma mère, c’est qu’elle ne sait pas s’amuser.

HELEN

C’est un jeu contant chez Ashley que d’essayer de me provoquer. J’en ignore encore la raison. Quoi qu’il en soit, je pense que mon sens de l’humour indiffère au plus haut point le docteur Zimmerman.

WILL désigne le patient de la tête.

WILL

Euh… Comment va-il ?

HELEN

Il survivra. Mais des cicatrices semblables sont visibles un peu partout sur son corps. Ce n’était pas la première fois qu’il se battait contre cette créature.

ASHLEY

En tous cas c’était la dernière.

HELEN

Sauf s’il en existe d’autres.

ASHLEY

Maman, je te l’ai déjà dit, celle-ci était seule. J’ai fait le tour du quartier juste après t’avoir appelé. (à Will) Très bien ça suffira comme ça (remettant son blouson), j’ai connu pire.

HELEN

J’ai terminé avec lui. Docteur Zimmerman, je vous laisse veiller sur notre nouvel invité, du travail m’attend. Veuillez m’excuser.

Elle ôte ses gants et quitte la pièce.

ASHLEY

Une bonne douche me fera le plus grand bien. Amusez-vous bien tous les deux !

Elle sourit à WILL et sort à son tour de l’infirmerie.

7. Intérieur, nuit, maison 1

Dans un salon, une dague est posée sur une table. Une main l’attrape et se dirige vers le foyer de la cheminée, où un chaudron chauffe au-dessus du feu. Une incantation est psalmodiée. La main est placée au-dessus du chaudron et entaille les veines de l’autre main avec la dague. Le sang se met à couler dans le chaudron d’où s’échappe des volutes de fumée.

8. Intérieur, nuit, chambre d’Ashley

WILL arrive dans le cadre de porte et s’y accote. Il regarde Ashley en train de ranger ses armes dans son armoire. Elle est en tenue de sport, ses cheveux sont trempés. Elle le voit et arrête pendant une seconde.

ASHLEY

Ton nouvel ami t’ennuyait déjà ?

WILL

On peut dire ça comme ça. Et cette douche ?

ASHLEY

Un vrai délice. Mais je suppose que tu n’es pas là pour savoir comment je me suis savonnée.

WILL

Heu… non, en effet. Je peux te poser une question ?

ASHLEY soupire.

ASHLEY

Tu viens déjà de le faire, mais vas-y.

WILL

Qu’est ce qui t’a décidé à travailler ici ?

ASHLEY

Crois-tu que ma mère m’ait laissé le choix ? Je suis née ici docteur, j’ai grandit au milieu des anormaux. À l’âge de trois ans, ma mère avait déjà des projets pour moi. J’ai juste décidé de prendre le boulot qui me paraissait le plus excitant.

WILL

Et le plus dangereux.

ASHLEY

Cela met du piquant. En tous cas, crois-moi, je m’amuse bien plus que si je passais ma journée à découper des corps !

WILL

Je n’en doute pas, mais tu n’as pas peur d’y laisser ta peau ?

ASHLEY

Tuer ou se faire tuer, c’est la seule loi que je connaisse. Et puis, on meurt tous un jour, tu devrais le savoir. J’ai juste une plus grande probabilité de mourir avant mes trente ans.

WILL

Oui, mais tu es jeune.

ASHLEY

Je ne vois pas où tu veux en venir. Des tas de gens meurent juste en traversant la route. En devenant chasseuse, je me paye simplement le luxe de voir la mort en face.

WILL

Tu parles comme une personne sans attache, qui ne manquerait à personne si elle venait à disparaître.

ASHLEY

Peut-être parce que c’est le cas, docteur.

9. Intérieur, nuit, laboratoire d’Helen

HELEN est derrière son bureau. Le corps de la créature est sur une table, le thorax ouvert. HELEN observe des résultats sur son ordinateur et semble surprise de sa découverte.

10. Intérieur, nuit, infirmerie

L’homme est toujours allongé, inconscient sur son lit. Soudain il ouvre les yeux.

3 commentaires:

Pokams a dit…

Et voilà qu'est ce que je disait, encore du suspens! (oui je sais c'est pas chronologique mes coms, mais je vais de haut en bas, mesdames!, et moi au moins j'en laisse) xD (non je n'insiste pas dans chaque com sur le fait que MOI (M-O-I) j'en laisse (bon j'arrête parce que sinon vous allez plus en vouloir de mes coms à deux sesterce!)

J'vous aiiiime! (enfin, Titine et Caro,Ariel, amitiées, je ne te connait pas assez, n'allons pas torp vite en besogne mdr!!)

COLONEL59 a dit…

Alors que dire? , ah oui celui dont je parle et le 1er webpisode , épisode 1 .J'avais deja lu cette première partie mais pour pouvoir mettre un commentaire , j' ai préférer le relire . Au début ( les 1eres lignes) , je me suis senti un peu perdu , mais cela a vite disparu , et maintenant que je connait mieux la série , je peux dire qu'elle correspond tres bien a l'ame de celle çi . C'est du trés bon boulot les filles . Des ce soir me mets au autres . BRAVO

sarah a dit…

encore bravo marine, caroline et ariel!! j'aime beaucoup, vu que j'ai ratrappé mon retard sur sanctuary je peu constater que vos scripts correspond parfaitement!!

ps: je repard faire mes com